Dans La Têtes de Stéphane Blanquet (In the Heads of Blanquet)

Blanquet, Halle Saint Pierre, 2020

“The sub-culture is more pernicious, more virulent, more vicious than art. We know where to find art, it is warm, even if it calls itself violent or anarchist, it will remain warm under its gilding. The subculture does not pretend, does not give itself medals, or chocolate. The subculture is still in danger, hidden in the jungle, between a packet of laundry detergent and cheap plastic toys. Even if sometimes I flirt with the warm and comfortable environment, even if I slip a finger or even an arm there, the rest of my body is in the bad weather of the basements.”

Presented at the Halle Saint Pierre in 2011/2012 as part of the exhibition HEY! modern art & pop culture by Anne and Julien, Stéphane Blanquet specially designed an installation there. This carried very high the challenge of the exhibition: to affirm the vitality of these individual and autonomous artistic expressions which break with the conventions and the dominant codes and reverse the established values ​​of the “beautiful” and the “ugly”, of the “good” and “bad” taste. The artist is now returning to our walls to deploy his sprawling imagination: a carte blanche which will also be an opportunity for him to invite artists with whom he shares the same taste for our underground humanity.

Dans La Têtes de Stéphane Blanquet

By Martine Lusardy, director of the Halle Saint Pierre

Translated from French for English readers / resource: hallesaintpierre.org

Blanquet, Halle Saint Pierre, 2020

Illustrator, visual artist, art director, Stéphane Blanquet has behind him a long career in the world of publishing where he founded in 1990 the mythical Chacal Puant, awarded at the Angoulême comic book festival in 1996 for the graphzine La Monstrous then the United Dead Artists. Considered one of the major figures of the underground art scene, his tormented universe goes far beyond the framework of his graphic production. Installations, live performance, scenography, animated cinema, costumes and theater sets, toys, dolls and other atypical and subversive objects, Chinese shadows, are all creative spaces where Stéphane Blanquet signifies his bias: “The sub- culture is more pernicious, more virulent, more vicious than art. We know where to find art, it is warm, even if it calls itself violent or anarchist, it will remain warm under its gilding. The subculture does not pretend, does not give itself medals, or chocolate. The subculture is still in danger, hidden in the jungle, between a packet of laundry detergent and cheap plastic toys. Even if sometimes I flirt with the warm and comfortable environment, even if I slip a finger or even an arm there, the rest of my body is in the bad weather of the basements.”

Blanquet, Halle Saint Pierre, 2020

“If you look closely, I draw a twig as if it were a organ, grass like hair, it’s an organic vision of everything, everything sweats more or less, and everything is alive… And then, it’s much more exciting to draw, to bring pieces to life, it becomes like landscapes, cliffs of gorges, forest of vulvas, it becomes more interesting than a short walk in the countryside”

The basements would therefore be the matrix universe of Blanquet, a real cultural underground where his abrasive images are born, but also the symbolic place from which comes the voice that animates them. His influences would be to be found on the side of cheap erotic comics from the 70s to the 90s, in particular that of the sulphurous French publisher Elvifrance. This licentious station literature, with explicit sex and unbridled horror, will have been a direct inspiration.

The artistic exploration of our psychic and mythical worlds according to Stéphane Blanquet reveals what we thought we knew: the world of impulses, sex and the organic “If you look closely, I draw a twig as if it were a organ, grass like hair, it’s an organic vision of everything, everything sweats more or less, and everything is alive… And then, it’s much more exciting to draw, to bring pieces to life, it becomes like landscapes, cliffs of gorges, forest of vulvas, it becomes more interesting than a short walk in the countryside”. This language from the depths of the human body is able to make accessible the unspeakable, the unthinkable, the unacknowledged. But if Eros is generous here, if it secretes in a joyful abundance, its vital and creative force is no less disturbing in its generation to the point of obscene, in its proliferation to the point of monstrosity. “Throwing up one’s own work, facing the void, facing the thick ink, facing one’s own disgust, oneself, that’s where the impact is. Face to face. To be alone and vomit your own molasses, your own juice, black or red, as long as it is not transparent”. The body, for Blanquet, is established as an inexhaustible reserve of vitality, a veritable factory where each organ does not stop at a biological function but then takes on an expressive status, unwinding its symbolic secretions onto the surrounding world. Does desire impose itself with too much force? He must then explode the heads, the sexes, make them cascades of liquids.

Blanquet, Halle Saint Pierre, 2020

The world according to Stéphane Blanquet is a world reduced to its instinctual and organic underpinnings. But the artist establishes his own topography, creating in an exuberant, almost frightening style, new relationships between words, images and bodies. He reveals them as much as he covers them with their cruel, grotesque, excessive strangeness. An extreme that we already find in many of his titles: Goudron Pressage – Sillon Tympan, Vide point. pink hole, Black jaws, Blanquet gangrene Tokyo, Blanquet opens his belly, Labyrinthine intestine, Room with a view of my nightmares, Meet Me in You, The Poisonworm with two spurs, Willies in the basement!, The news with worse, Cold Meat and Co., The Ghost of Others, My Mean Me, Lachrymal Monograph.

Blanquet shocks, provokes, disturbs, likes to create discomfort by manipulating our frustrations and his own obsessions. His tortured, anguished universe is populated by men, women and children whom we see inhabited by the demon of perversity. But this tension between innocence and cruelty, between sexual jubilation and death drive is not hopeless despair. Blanquet skins the repressed, resurrects the flesh, the bodies freed from guilt and the fear of dying.

“To wear to the rope, stiff, stiff and red. The radicality of a work is not collective, it cannot be, it is with oneself, without posture, naked in the face of death”.

Presentation of the exhibition by Stéphane BLANQUET

It is very rare that you are given the keys to a place to invest it entirely, over a long period, leaving you free to deploy there from bottom to top, on all the walls, in all the spaces, to invest it with images, drawings, sculptures, visual experiments, bright red colors and lights, new pieces dreamed up for the place. You have to invest it, spread it, open yourself up and go find your own material. It’s inside oneself that it happens, inside me that are my images, my universe, my universes. One head is not enough to contain all my desires, I always need more, as usual, more of everything, more colors, more space, and obviously more heads. More universe requires/calls for/requires/means more heads.

In the mind of Stéphane Blanquet – in my minds.

A year-long exhibition cannot remain static, I am too restless to let it sleep comfortably. I need discomfort and my discomfort will be generous. Dividing a year into three stages, evolving exhibition in three stages, every four months reinvesting the space, making it evolve with new images, new installations, little-seen works, new tapestries, new totems, new heads . Why stop there? It’s not enough, it’s never enough, so let’s deploy. Above me, upstairs, above my heads, I want to show other universes, sister universes. Guests from all over the world. Painters, collagists, draftsmen, artists from all over the world, in two successive exhibitions, around fifty artists. We must deploy in generosity. So, at the same time as the walls, launch a newspaper, a weekly, La Tranchée Racine. Every week, throughout the duration of the exhibition, a graphic excrescence, in color, printed on beautiful paper. 40 issues, 500 artists from around the world. You need at least that, it’s a minimum. You need the maximum. In my mind, that’s how it is.

Tranchée Racine Hebdomadaire – N°2 – 13 artists /12 artworks

« La sous-culture est plus pernicieuse, plus virulente, plus vicieuse que l’art. L’art on sait où le trouver, il est au chaud, même s’il se dit violent ou anarchiste, il restera bien au chaud sous ses dorures. La sous-culture, elle, ne fait pas semblant, ne se donne pas de médailles, ou alors en chocolat. La sous-culture est toujours en danger, cachée dans la jungle, entre un paquet de lessive et des jouets en plastique bon marché. Même si parfois je flirte avec le milieu chaud et confortable, même si j’y glisse un doigt ou bien même un bras, le reste de mon corps est dans les intempéries des sous-sols ».

Dans La Têtes de Stéphane Blanquet

Par Martine Lusardy, directrice de la Halle Saint Pierre, 2020

hallesaintpierre.org

Présenté à la Halle Saint Pierre en 2011/2012 dans le cadre de l’exposition HEY! modern art & pop culture par Anne et Julien, Stéphane Blanquet y conçut spécialement une installation. Celle-ci portait très haut l’enjeu de l’exposition : affirmer la vitalité de ces expressions artistiques individuelles et autonomes qui rompent avec les conventions et les codes dominants et renversent les valeurs établies du “beau” et du “laid”, du bon” et du “mauvais” goût. L’artiste revient aujourd’hui en nos murs déployer son imaginaire tentaculaire : une carte blanche qui sera également pour lui l’occasion d’inviter des artistes avec qui il partage le même goût pour notre humanité souterraine.

Dessinateur, plasticien, metteur en scène, réalisateur, Stéphane Blanquet a derrière lui un long parcours dans le milieu de l’édition où il a fondé en 1990 le mythique Chacal Puant, primé au festival de la BD d’Angoulême en 1996 pour le graphzine La Monstrueuse puis les United Dead Artists. Considéré comme l’une des figures majeures de la scène artistique underground, son univers tourmenté déborde largement du cadre de sa production graphique. Installations, spectacle vivant, scénographie, cinéma d’animation, costumes et décors de théâtre, jouets, poupées et autres objets atypiques et subversifs, ombres chinoises, sont autant d’espace de création où Stéphane Blanquet signifie son parti pris : « La sous-culture est plus pernicieuse, plus virulente, plus vicieuse que l’art. L’art on sait où le trouver, il est au chaud, même s’il se dit violent ou anarchiste, il restera bien au chaud sous ses dorures. La sous-culture, elle, ne fait pas semblant, ne se donne pas de médailles, ou alors en chocolat. La sous-culture est toujours en danger, cachée dans la jungle, entre un paquet de lessive et des jouets en plastique bon marché. Même si parfois je flirte avec le milieu chaud et confortable, même si j’y glisse un doigt ou bien même un bras, le reste de mon corps est dans les intempéries des sous-sols ».

Les sous-sols seraient donc l’univers matriciel de Blanquet, un underground culturel réel où naissent ses images abrasives, mais aussi le lieu symbolique d’où provient la voix qui les anime. Ses influences seraient à chercher du côté de la bande dessinée érotique bon marché des années 70 à 90, notamment celle du sulfureux éditeur français Elvifrance. Cette littérature de gare licencieuse, au sexe explicite et à l’horreur débridée, aura été une inspiration directe.

Blanquet, Halle Saint Pierre, 2020

« Si on regarde bien, je dessine une brindille comme si c’était un organe, de l’herbe comme des poils, c’est une vision organique de tout, tout transpire plus ou moins, et tout est vivant… Et puis, il est bien plus passionnant de dessiner, de faire vivre des morceaux, cela devient comme des paysages, falaises de gorges, forêt de vulves, ça devient plus intéressant qu’une petite balade dans la campagne ».

L’exploration artistique de nos mondes psychiques et mythiques selon Stéphane Blanquet met à découvert ce que nous pensions connaître : le monde des pulsions, du sexe et de l’organique « Si on regarde bien, je dessine une brindille comme si c’était un organe, de l’herbe comme des poils, c’est une vision organique de tout, tout transpire plus ou moins, et tout est vivant… Et puis, il est bien plus passionnant de dessiner, de faire vivre des morceaux, cela devient comme des paysages, falaises de gorges, forêt de vulves, ça devient plus intéressant qu’une petite balade dans la campagne ». Ce langage issu des profondeurs du corps humain est à même de rendre accessibles l’indicible, l’impensabl e, l’inavoué. Mais si Éros est ici généreux, s’il sécrète dans une joyeuse abondance, sa force vitale et créatrice n’en est pas moins inquiétante dans son engendrement jusqu’à l’obscène, dans sa prolifération jusqu’à la monstruosité. « Vomir sa propre œuvre, face au vide, face à l’encre épaisse, face à son propre dégoût, soi- même, c’est là qu’est l’impact. Face à face. Être seul et vomir sa propre mélasse, son propre jus, noir ou rouge, pourvu qu’il ne soit pas transparent ». Le corps, pour Blanquet, est instauré en une réserve de vitalité inépuisable, une véritable usine où chaque organe ne s’arrête pas à une fonction biologique mais prend alors un statut expressif, dévidant sur le monde environnant ses sécrétions symboliques. Le désir s’impose-t-il avec trop de force ? Il doit alors faire exploser les têtes, les sexes, les faire cascades de liquides.

Le monde selon Stéphane Blanquet est un monde réduit à ses soubassements pulsionnels et organiques. Mais l’artiste en établit sa propre topographie, créant dans un style exubérant, presque effrayant, de nouvelles relations entre les mots, les images et les corps. Il les dévoile autant qu’il les recouvre par leur étrangeté cruelle, grotesque, excessive. Un extrême que l’on retrouve déjà dans nombre de ses titres : Goudron Pressage – Sillon Tympan, Vide point . rose trou, Mâchoires noires, Blanquet gangrène Tokyo, Blanquet s’ouvre la panse, Labyrinthique intestin, Chambre avec vue sur mes cauchemars, Rendez-vous Moi en Toi, La Vénéneuse aux deux éperons, Chocottes au sous-sol !, La nouvelle aux pis, Viande froide et Cie, Le Fantôme des autres, Mon méchant moi, Monographie lacrymale.

Blanquet choque, provoque, trouble, aime créer le malaise en manipulant nos frustrations et ses propres obsessions. Son univers torturé, angoissé est peuplé d’hommes, de femmes et d’enfants que nous voyons habités par le démon de la perversité. Mais cette tension entre innocence et cruauté, entre jubilation sexuelle et pulsion de mort n’est pas désespérance sans issue. Blanquet fait la peau au refoulé, ressuscite la chair, les corps délivrés de la culpabilité et de la peur de mourir.

« Dans les têtes de Blanquet », une exposition-choc à la Halle Saint Pierre

« S’user jusqu’à la corde, raide, raide et rouge. La radicalité d’une œuvre n’est pas collective, elle ne peut l’être, elle est avec soi-même, sans posture, à poil devant la mort ».

Présentation de l’exposition par Stéphane BLANQUET

Il est très rare que l’on vous donne les clefs d’un lieu pour l’investir entièrement, sur une longue période, en vous laissant libre de s’y déployer de bas en haut, sur tous les murs, dans tous les espaces, de l’investir avec des images, des dessins, des sculptures, des expérimentations visuelles, des couleurs et lumières rouges vives, des nouvelles pièces rêvées pour le lieu. Il faut l’investir, se répandre, s’ouvrir soi-même et aller chercher sa propre matière. C’est à l’intérieur de soi que ça se passe, à l’intérieur de moi que sont mes images, mon univers, mes univers. Une tête ne suffit pas à contenir toutes mes envies, il m’en faut toujours plus, comme à mon habitude, plus de tout, plus de couleurs, plus d’espace, et évidemment plus de têtes. Plus d’univers nécessite / appelle / exige / signifie plus de têtes.

Dans les têtes de Stéphane Blanquet – dans mes têtes.

Une exposition d’un an ne peut pas rester statique, je suis trop agité pour la laisser dormir confortablement. Il me faut de l’inconfort et mon inconfort sera généreux. Diviser un an en trois temps, exposition évolutive en trois moments, tous les quatre mois réinvestir l’espace, le faire évoluer avec de nouvelles images, de nouvelles installations, des œuvres peu vues, des nouvelles tapisseries, des nouveaux totems, de nouvelles têtes. Pourquoi s’arrêter là ? Ce n’est pas suffisant, ce n’est jamais assez, alors déployons. Au-dessus de moi, à l’étage, au-dessus de mes têtes, je veux montrer d’autres univers, des univers frères, des univers sœurs. Des invités du monde entier. Des peintres, des collagistes, des dessinateurs, des artistes du monde entier, en deux expositions successives, une cinquantaine d’artistes. Il faut se déployer dans la générosité. Donc, en même temps que les murs, lancer un journal, un hebdomadaire, La Tranchée Racine. Chaque semaine, sur toute la durée de l’exposition, une excroissance graphique, en couleurs, imprimée sur un beau papier. 40 numéros, 500 artistes du monde entier. Il faut au moins ça, c’est un minimum. Il faut le maximum. Dans mes têtes, c’est comme ça.

Tranchée Racine Hebdomadaire – N°1 – Spécial Stéphane Blanquet

magasin de proximité

www.blanquet.com


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s