Noirceur en Couleur: Jaky La Brune

Artist Portrait : Jaky La Brune

Jaky La Brune est une plasticienne normande vivant et travaillant à Paris depuis 2012. C’est en réalisant des pochettes d’albums qu’elle découvre la peinture. Celle-ci ne la quittera plus. Ses principaux thèmes tournent autour du questionnement sur l’identité et des émotions humaines. Ses peintures naissent d’histoires inspirées de ses tourments, une sorte de psychanalyse à travers les formes et les couleurs. La toile continue à vivre à travers l’imagination et l’interprétation libres de l’observateur. C’est à ce moment-là que son travail artistique prend tout son sens.

Découvert et proposé par Bernard Laurent-Zopf


Jaky La Brune is a visual artist from Normandy living and working in Paris since 2012. It was while making album covers that she discovered painting. This will never leave her. Her main themes revolve around the questioning of identity and human emotions. Her paintings are born from stories inspired by her torments, a kind of psychoanalysis through shapes and colors. The canvas lives on through the free imagination and interpretation of the viewer. This is when her artistic work takes on its full meaning.

Shamatic Power : Jaky la Brune

Blackness in Color

Written and Prepared by Bernard Laurent-Zopf

If we suddenly decide to go for a walk in the head of Stéphane Blanquet, we can come across a doorway to the multiple heads of Jaky La Brune. To be more clear and understandable, if we are going to pay a visit to the current exhibition devoted to the artist/painter/illustrator Stéphane Blanquet “Dans les Têtes de Stéphane Blanquet” at the Halle Saint-Pierre in Paris, we must meet the masks and painted characters of the painter Jaky la Brune.

This painter is part of “Tranchée Racine” which is an artistic manifesto initiated by Stéphane Blanquet. Originally a publication of graphic images bringing together an international group of artists, it is transformed into an exhibition from May 19, 2021 to January 2, 2022, to accompany Stéphane Blanquet‘s monograph. “Tranchée Racine” which is therefore also a publication, a giant graphic tabloid (47.5 x 66 cm) of 12 pages, is sold at the sweet price of 5 euros. It presents, over its 42 issues, more than 500 works and brought together.


“Artistes viscéraux, généreux, hypnotiques, obsessionnels, ils viennent de tous les courants et contre-courants. Agitateurs rebelles, bruyants, cruels, généreux, non-conformistes”. 
Ils sont du monde entier.

Si on décide tout d’un coup d’aller faire un tour dans la tête de stéphane blanquet, on peut tomber au détour d’une porte sur les multiples têtes de Jaky La Brune. Pour être plus clair et compréhensible, si on va faire une visite à l’exposition actuelle consacrée à l’artiste/peintre/Illustrateur Stéphane Blanquet “dans les têtes de stéphane blanquet” à la Halle Saint-Pierre à Paris, on se doit de rencontrer les masques et personnages peints de la peintre Jaky la Brune.

Cette peintre fait partie de “Tranchée Racine” qui est un manifeste artistique initié par Stéphane Blanquet. A l’origine édition d’images graphiques fédérant une internationale de dessinateurs, elle se transforme en exposition du 19 mai 2021 au 2 janvier 2022, pour accompagner la monographie de Stéphane Blanquet. La tranchée racine qui est donc aussi une publication, un tabloïd graphique géant (47,5 x 66 cm) de 12 pages, est vendu au doux prix de 5 euros. Il présente, au fil de ses 42 numéros, plus de 500 œuvres et rassemble des “Artistes viscéraux, généreux, hypnotiques, obsessionnels, ils viennent de tous les courants et contre-courants. Agitateurs rebelles, bruyants, cruels, généreux, non-conformistes“. Ils sont du monde entier.

“Cet esprit rebelle et libertaire est le lien entre tous ces artistes, une racine démultipliée, qui interroge notre rapport à la sexualité, à la mort, à la nature, à l’animal, au végétal, à la politique, à l’image ….  Leurs créations sont autant de possibles, de devenirs qui tissent leur relation dans un imaginaire ouvert“. 

Outre Jaky La Brune, il vous reste donc nombre d’artistes à découvrir.


“Visceral, generous, hypnotic, obsessive artists, they come from all currents and counter-cultures. Rebellious, noisy, cruel, generous, non-conformist agitators”. They are from all over the world.

Peınture Murale Réalısée Pendant Le Vernıssage De L’exposıtıon “La Tranchée Racine” À Parıs. (2021)

“This rebellious and libertarian spirit is the link between all these artists, a multiplied root, which questions our relationship to sexuality, death, nature, animals, plants, politics, images… Their creations are as many possibilities, becomings that weave their relationship in an open imagination”.


Jaky la Brune ‘Dans Les Tetes’ totem installation (2021-2022)

Et donc, au milieu de cette exposition collective rassemblant quelques-uns des artistes de “Tranchée Racine”, votre route risque de croiser celle de Jaky. En vérité, on ne peut pas l’éviter tant ses masques suspendus dans leur container/chambre s’adressent à vous avec agressivité et joie en même temps. Ils sont surmontés d’un totem haut en couleur qui vous attirera immanquablement. De plus, les murs extérieurs de leur maison/boite sont ornés de personnages peints qui assurent la garde avec la même violence et gaité. La troupe de ces créatures hybrides provient de la même tête, celle d’une plasticienne normande vivant et travaillant à Paris depuis 2012 répondant au nom parfait de Jaky La Brune. Sa grande force particulière est ce mélange de la souffrance sombre de ses personnages et de l’allégresse des couleurs très vives par laquelle ils émergent. C’est l’occasion idéale d’entrevoir le reste de son travail, et du coup, on a eu envie de lui demander ce qu’elle avait dans sa tête de brune.

“J’ai découvert la peinture en réalisant des pochettes d’album et des clips de musique. Les logiciels sur les ordinateurs ont dû à un moment me faire mal au crâne alors j’ai trouvé refuge dans les pinceaux et la peinture. Être en contact direct avec la peinture a été révélateur pour moi et je suis restée bloquée dedans comme une junkie“.


Jaky la Brune ‘Dans Les Tetes’ totem installation (2021-2022)

Besides Jaky La Brune, you still have a number of artists to discover.

And so, in the middle of this collective exhibition bringing together some of the artists of “Tranchée Racine”, your path may cross that of Jaky. In truth, we cannot avoid it as its masks suspended in their container/room address you with aggression and joy at the same time. They are surmounted by a colorful totem that will inevitably attract you. In addition, the exterior walls of their house/box are adorned with painted figures who stand guard with the same violence and gaiety. The troop of these hybrid creatures comes from the same head, that of a Norman visual artist living and working in Paris since 2012, answering to the perfect name of Jaky La Brune. Her great particular strength is this mixture of the dark suffering of his characters and the joy of the very bright colors through which they emerge. This is the perfect opportunity to glimpse the rest of her work, and suddenly, we wanted to ask her what she had in her dark head.

Jaky la Brune with one of her painting

“I discovered painting by making album covers and music videos. Computer softwares must have given me a headache at one point, so I found refuge in brushes and paint. Being in direct contact with the paint was eye-opening for me and I got stuck in it like a junkie.”

Jaky la Brune ‘Dans Les Tetes’ paintings (2021-2022)
Jaky la Brune ‘Dans Les Tetes’masks (2021-2022)

Jaky: “The creation of masks came later, but I find the same power as in painting: the mixture of materials, colors and the primitive aspect. It’s great to be able to decline your pictorial universe on other media, it enriches the spirit a lot! And then, my sister brings me fabrics from her travels, my mother gives me the jewelry she no longer wants and my grandmother sends me lace… I had to let me do something with all this mess! Sometimes communication is difficult in the family so it allows me to bond with my blood somewhere. (Hahaha) “.


Installation créée par Jaky La Brune dans l’exposition collection “Tranchée Racine” qui accompagne la monographie “Dans Les Têtes de Stéphane Blanquet”

Jaky : “La création de masques est venue après, mais je retrouve la même puissance que dans la peinture : le mélange des matières, les couleurs et l’aspect primitif. C’est super de pouvoir décliner son univers pictural sur d’autres supports, ça enrichit beaucoup l’esprit ! Et puis, ma sœur me ramène des tissus de ses voyages, ma mère me donne les bijoux qu’elle ne veut plus et ma grand-mère m’envoie de la dentelle… il fallait bien que je fasse quelque chose de tout ce bazar ! Parfois la communication est difficile dans la famille alors ça me permet de me lier à mon sang quelque part. (Hahaha)”.

“Généralement, je travaille la nuit avec un verre de porto dans une main et un pinceau dans l’autre. Et avec des documentaires sur des tueurs en série en fond pour m’enfermer dans une atmosphère sombre”.

Jaky la Brune

“Usually I work at night with a glass of port in one hand and a paintbrush in the other. And with serial killer documentaries in the background to lock me in a dark atmosphere.”

Jaky la Brune in her killer mood

“L’identité et les émotions sont mes thèmes principaux. On peut aussi retrouver des sujets tels que le sexe, la violence et la passion amoureuse dans mes peintures”. 

Jaky : “Une idée naît lorsque que ma sensibilité est touchée (en bien ou en mal) et que je n’arrive pas à expliquer avec des mots ce que je ressens. Parfois, j’ai l’impression d’exorciser ma tristesse ou ma colère. Créer et peindre me permettent de canaliser mes émotions et d’apprendre à vivre dans ce monde de brutes”.

Jaky : “J’aime me retrouver seule pour peindre mais j’adore aussi l’idée de pouvoir travailler avec d’autres artistes. On m’a proposé récemment de coudre des masques pour un spectacle de théâtre, on verra vers quoi ça me mène ! Je n’ai pas vraiment de projet d’avenir, je ne regarde pas aussi loin devant moi”.

On a demandé à Jaky de partager avec nous un/une artiste qu’elle aimait. Jaky : “tschabalala self est une artiste très inspirante. J’adore son travail sur les corps humains et sa façon de mixer les textiles sur toiles”.

Et on n’a pas résisté à lui poser cette question ultime : D’où vient ce nom génial ? Jaky : “Je suis heureuse de savoir que mon nom trouve des admirateurs mais je ne sais pas d’où ça vient… Je demanderai à ma maman“.

Alors, bien sûr, si vous pouvez passer dans le coin de la Halle Saint-Pierre, ne vous privez surtout pas du pur plaisir d’aller voir les masques et peintures de cette brune Jaky et d’entrer un peu dans sa tête. Parce que, comme de bien entendu, c’est toujours mieux en vrai.


Jaky La Brune ‘Gorge Diable’

“Identity and emotions are my main themes. You can also find subjects such as sex, violence and love passion in my paintings”.

Jaky: “An idea is born when my sensitivity is touched (for good or bad) and I can’t explain in words what I feel. Sometimes, I feel like I’m exorcising my sadness or my anger creating and painting allow me to channel my emotions and learn to live in this world of brutes”.

Jaky: “I like being alone to paint but I also love the idea of ​​being able to work with other artists. I was recently asked to sew masks for a theater show, we’ll see what that leads me to. lead! I don’t really have a plan for the future, I don’t look that far ahead of me”.

We asked Jaky to share with us an artist she loved.

Jaky: tschabalala self is a very inspiring artist. I love her work on human bodies and her way of mixing textiles on canvas”.

And we couldn’t resist asking her this ultimate question: Where does this awesome name come from?

Jaky: “I’m happy to know that my name finds admirers but I don’t know where it comes from… I’ll ask my mum”.

So, of course, if you can pass by the corner of the Halle Saint-Pierre, do not deprive yourself of the pure pleasure of going to see the masks and paintings of Jaky Brune and getting into her head a little. Because, of course, it’s always better in real life.

Original Article by Bernard Laurent-Zopf / brainto.com

Translated for general reader from French to English by Lopcuk webzine


Artist’s Portrait : Jaky La Brune

jaky-la-brune.com


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s